ETUDES ET PLANIFICATION

PLANIFICATION

La planification du spectre est l’activité qui consiste à définir, selon des critères techniques, économiques et stratégiques, les différents usages présents et futurs des bandes de fréquences. Elle tient donc compte du contexte actuel et intègre les différentes évolutions à venir.

La planification du spectre se fait à 3 niveaux :

  • Le niveau international

Aujourd’hui, l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) est chargée de la réglementation et de la planification du spectre au niveau mondial. Les résultats de la planification au niveau international sont consignés dans le Règlement des Radiocommunications (RR).

L’AIGF participe à ces travaux, notamment lors des conférences régionales et mondiales des radiocommunications.

Dans le cadre de la préparation de ces Conférences Régionales et Mondiales des Radiocommunications (CRR, CMR), un certain nombre de points concernant directement la Côte d’Ivoire font l’objet de travaux, par exemple l’identification de nouvelles bandes pour les systèmes de télécommunications mobiles internationales ou IMT, ou encore l’attribution de bandes de fréquences à des services en envisageant la possibilité de partage avec d’autres services.

  • Le niveau Régional

L’AIGF participe également aux activités organisées par l’UAT (Union Africaine des Télécommunications) et la CEDEAO  afin d’identifier des bandes de fréquences harmonisées. Les fréquences harmonisées permettent la création d’un marché régional plus compétitif et permet d’un point de vue technique l’itinérance des terminaux et aux administrations de réaliser des économies d’échelle.  

  • Le niveau national

L’AIGF est chargé de l'élaboration de politiques d’utilisation du spectre de fréquences sur le plan national. Ces politiques ont pour objet essentiel l'attribution de bandes de fréquences à divers services de radiocommunication et la définition de conditions d’utilisation de ces fréquences.

Planification du premier dividende numérique 790 – 862 MHz pour les IMT

Le dividende numérique est l'ensemble des fréquences libérées suite au passage à la télévision numérique terrestre et à l'arrêt de la télévision analogique.

L’accord de Genève sur le passage de la télévision analogique au numérique, en 2006, entre les Etats membres de l’UIT, dénommé GE06, sert de cadre de référence à l’identification des dividendes numériques. Un an après l’accord GE06, la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2007 (CMR-07) a permis de dégager les premiers dividendes numériques dans la bande des 800 MHz, pour la région 1 et dans la bande des 700 MHz, pour les régions 2 et 3.

Dans un souci d’harmonisation, les pays africains, notamment la Côte d’Ivoire ont adopté un plan de canalisation qui s’appuie sur un mode de duplexage FDD de 2x30 MHz avec un écart duplex de 41 MHz et une bande de garde de 11 MHz. Il est actuellement opérationnel et utilisé par de nombreux pays en Europe pour le déploiement des premiers réseaux mobiles 4G.

La planification en mode duplexage FDD du premier dividende numérique, qui fait consensus entre les pays concernés, s’appuie sur une division de la bande duplex 2x30 MHz en six (06) canaux duplex de 5 MHz chacun (voir figure 1 ci-dessous).